Chargement...
 
Co-responsibility in space management

Image

Photo courtesy See-Ming Lee CC2.0 BY-SA

Cadre de référence

Éléments essentiels :

La coresponsabilité pour le bien-être de tous sans exclusion ni discrimination (et y compris les générations futures) implique un certain nombre de principes orienteurs de base en matière de gestion de l’espace public.

Associer le plus étroitement possible les habitants dans tout projet urbain ou rural de rénovation

Un véritable souci de capacitation citoyenne doit ainsi être au cœur de toute démarche touchant à l’espace public. Cette inclusion permet notamment de prendre la mesure des besoins des parts de la population en situation de vulnérabilité (personnes âgées, enfants, personnes handicapées etc.). Cette capacitation ne peut être effective, si elle se réduit à une participation consultative a posteriori. Elle doit au contraire impliquer les citoyens en amont comme en aval (par les diagnostics en marchant ou les sites web participatifs d’alerte sur l’état des infrastructures) et tant au niveau consultatif qu’au niveau de la collaboration active (projets artistiques ou paysagers communs, chantiers ouverts et participatifs etc.). Une réflexion est sans doute à développer sur les structures de cette participation : maisons des citoyens ou de quartier ? Budgets participatifs ? Détermination d’un certain nombre de biens communs gérés collectivement ?

Offrir aux citoyens la flexibilité nécessaire à une capacitation progressive

Cela ne peut être atteint qu’en privilégiant des projets participatifs, modulables et qui conjuguent l’éphémère et le durable. Il faut permettre aux habitants de s’approprier l’espace, en trahissant parfois ses fonctionnalités initiales. A ce titre, il importe d’user en priorité de mobiliers ou infrastructures modulables ou déplaçables, qu’ils puissent aisément réinvestir. Cette flexibilité permet aussi de laisser une marge d’erreur possible aux toutes nouvelles décisions d’une structure de cogestion non technocratique. Il faut savoir accepter des usages détournés des infrastructures.

Réinvestir les friches

En effet, lorsqu’elles qu’elles ne sont pas qualifiées celles-ci se transforment souvent en espaces sans identité. Elles forment aussi une véritable richesse à exploiter pour mener des projets divers (revégétalisation de la ville et corridors verts, mais aussi, espaces éphémères artistiques entre deux requalifications etc.). Dans le cas de la création de corridors verts, la question d’une coopération interterritoriale se pose nécessairement.

Formation et sensibilisation de tous à ces pratiques

Formation des citoyens pour pérenniser leurs environnements de vie tout en les réadaptant toujours à leurs besoins/désirs (en constante évolution), et une formation des fonctionnaires à l’éducation populaire mais aussi à diverses pratiques (par exemple en se référant systématiquement aux sites de référence en ce qui concerne les suggestions de rénovation par les citoyens).

Processus général :

1Une association d’habitants d’un territoire (quartier, commune, collectivité etc. ou encore un ensemble d’organismes (publics, privés, associatifs) préexistante constitue dans un esprit de coresponsabilité entre tous les habitants pour le bien-être de tous (y compris des générations futures). Il s’agit de la création d’une plate-forme multi-acteurs, servant de point de départ et de base à la création d’un cycle de projets, incluant les citoyens.
2Ensemble, ils retiennent des actions pilotes à mener en matière de gestion de l’espace public. A noter, que celles-ci doivent prendre parti des spécificités de leur territoire (lois existantes, facilités ou obstacles locaux etc.) et les exploiter de manière imaginative.
3Ils déterminent les actions à mener en tenant compte de leur impact en termes de bien-être et de l’étendue d’utilisation des ressources non renouvelables qu’elles impliquent (Cf Fiche méthodologique T13-2 SPIRAL : La co-évaluation participative d’une initiative). Dans le cas de la santé (qui est très règlementée), ils doivent aussi être attentifs à être conformes aux normes en vigueur …
4Ils commencent par produire une cartographie exacte des espaces en friche et/ou en cours de rénovation. Cela doit leur permettre d’exploiter les temps interstitiels (par exemple la destruction à venir d’un immeuble en le réinvestissant momentanément par des projets artistiques impliquant les habitants ou la vacances de certains locaux pour les réutiliser de manière éphémère ou non sur d’autres projets.
5Une fois les friches dépolluées, elles peuvent aussi servir à réintroduire des corridors verts dans la commune, parfois en interraction avec les territoires voisins pour qu’il y ai une continuité.
6Dans le cadre de toute rénovation urbaine, la plateforme veille à associer directement en amont comme en aval tous les acteurs locaux (habitants compris) par la mise en place de diagnostics en marchant. Ceux-ci permettent aussi l’inclusion des populations en situation de vulnérabilité, dont l’on peut prendre ainsi la mesure des besoins réels.
7La plateforme veille à mettre en place des chantiers ouverts au public, qui soient des lieux d’expériences multiples (artistique, ludique et créative) et impliquant des mobiliers modulables qui peuvent être réinvestis par les habitants comme ils le souhaitent (déplacés etc.). elle les associe aussi par leur inclusion dans le chantier par exemple sur des projets artistiques participatifs, tels que dessiner des fresque de cartes subjectives de leurs quartiers.

Inventary/Inventaire

Nous savons tous le rôle de la gestion de l’espace dans le développement humain, cette gestion devient très démonstrative quand elle est basée sur le principe de coresponsabilité entre les acteurs et elle vise l’atteinte du bien être de tous. La plupart des expériences dans cet inventaire sont lancées par des citoyens/es notamment les jeunes engagés, confrontés parfois à des mesures qui bloquent leurs initiatives pour participer à la gestion de l’espace public Par définition, l’espace public appartient à tous, et sa gestion est basée sur les principes suivants : • Liberté d’utilisation ; • Égalité de l’utilisation ; • Gratuité ; • Indispensable à l’exercice d’une liberté publique. • Un espace d’appropriation individuelle et collective, L’espace est un révélateur du fait social : espace de circulation, de croisements et de rencontres, espace de visibilité mutuelle, il rend visible la vie urbaine. Pour mettre la gestion de l’espace dans un cadre de coresponsabilité entre les acteurs et citoyens, nous présentons un inventaire des expériences et les bonnes pratiques selon le schéma suivant: A. Coresponsabilité dans la gestion de l’espace et lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ; B. Coresponsabilité dans la gestion de l’espace et le développement durable, et environnementale ; C. Coresponsabilité dans la gestion des espaces vacants et abandonnés ; D. Coresponsabilité de gestion de l’espace pour la promotion de la culture, le tourisme et la conservation du patrimoine local ; E. Coresponsabilité dans la gestion de l’espace urbaine et aménagement de l’espace.

Coresponsabilité de gestion de l’espace et lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

1- L’accompagnement juridique et sociale des sans abri La coresponsabilité dans le traitement de la question des sans abris, a démontré comment un groupe de citoyens de la même communauté peuvent mettre à disposition leurs compétences en matière de la loi pour défendre les intérêts des personnes sans abris, sans exclusion sans stigmatisation des personnes concernées par ce fléau. 1.1 Activité : Avocat de la rue Organisation : Avvocato di strada (Avocat de la rue) PAYS: SEVERAL CITIES, ITALY Avocat de la rue est une association d'avocats créée avec l'objectif de protéger les personnes sans-abri, de plus en plus privés de leurs droits fondamentaux et pris au piège dans une situation dont ils ne sont pas susceptibles de quitter. Les objectifs de cette association est : • Ré - insertion sociale des sans abri • Avocat de la rue a été mis sur les bonnes pratiques pour obtenir le certificat de résidence à ceux qui vivent dans la rue, car ils sont les descendants des mêmes droits fondamentaux que le droit à la santé • La protection sociale et de sécurité sociale, d'être traités équitablement, même si l'étranger Le projet a grandi en dix ans et sont devenus 26 villes italiennes avec un guichet unique pour les personnes sans-abris. En 2007, l'Association nationale de l'organisation de la rue à but non lucratif a été formé, elle regroupe aujourd'hui et coordonne une équipe d'environ 700 avocats et professionnels dans tous les l'emplacement du pays.

1.2 Activité : “La ville est pour tous” Organisation : A Város Mindenkié “La ville est pour tous” PAYS : BUDAPEST, HUNGARY “La ville est pour tous” a été formé à partir d'un groupe qui a fonctionné entre 2004 et 2008, l’objectif été de travailler sur les questions liées aux sans abri. Le nom du groupe a été l'homme de la rue et de ses membres étaient pour la plupart de la classe moyenne et les jeunes. des personnes sans-abri ont été directement impliquées. Après « l'homme de la rue », certains de ses membres ont eu l'idée de créer un groupe dans lequel les sans-abri sont directement présents afin d'activer des synergies entre la classe moyenne militante et les gens qui sont touchés par l'itinérance. C’est une organisation de base, principalement composée de personnes sans-abri luttent pour leurs droits et leur dignité. Elle est aussi un organisme communautaire où chaque membre est un bénévole. Il se bat pour les droits des personnes sans-abri et le droit au logement. Son objectif est également de permettre à des personnes sans-abri à être auto-organisé. La majorité de ses membres ont été des sans-abri à un moment ou ils ont lutté contre des problèmes de logement. Le problème des sans abris est à cause de manque d’une politique de logement social. Grâce à un travail de plaidoyer et des campagnes , le groupe essaie de pousser les gens à comprendre que l’itinérance est un problème de tous et que les solutions à long terme sont nécessaires au lieu de criminalisation et la stigmatisation . Une partie de la solution de la situation des sans abris, est d’intégrer les anciens sans abris qui connaissent déjà la réalité pour mettre en place la stratégie d’intervention. Pour le moment, le sujet des sans-abris est l'un des principaux axes du groupe en raison du contexte politique actuel en Hongrie, où les sans-abri sont constamment sous attaque par le gouvernement. Grâce à un travail de plaidoyer et des campagnes, le groupe essaie de pousser les gens à comprendre que l'itinérance est un problème de tous et que des solutions à long terme sont nécessaires au lieu de criminalisation et la stigmatisation.

2- Intégration des migrants et des personnes à mobilité réduite dans l’espace public 2.1 Intégration des Migrants L’espace dans chaque pays connait des communautés autres que les citoyens originaires du pays, c’est dans ce sens que l’idée de plaider pour l’intégration des migrants dans les espaces publics de l’état Grecque, ce travail avec les migrants nécessite une coresponsabilité entre les citoyens et les migrants mais aussi entre les migrants eux mêmes un plaidoyer pour le changement des textes juridiques qui limitent l’action des migrants dans le pays. Dans ce projet le bien être de tous concerne aussi les migrants résidents au pays sans se poser la question si leur résidence et légale ou non.

Organisation : Le forum des migrants en Grèce PAYS : ATHENS AND THE TERRITORY OF GREECE

Le forum des migrants en Grèce est un réseau d’auto-organisation des collectivités et des associations de migrants, formé avec l'objectif de représenter et de renforcer la voix des migrants, des organisations et des communautés en Grèce ainsi que la lutte pour l'égalité de l'inclusion et de la participation dans la société grecque. Tout a commencé en 2002 quand un groupe de migrants de différentes nationalités, qui vivaient en Grèce depuis des années, s'est rendu compte qu'ils n'étaient pas couverts par les actions de solidarité des groupes grecs ou des ONG qui les aidaient. Les objectifs de ce réseau est: - Pour créer une auto-organisation des communautés et à plaider en faveur de l'égalité de l'inclusion et de la participation dans la société grecque. -Pour contribuer à résoudre les problèmes des migrants à la fois individuellement et collectivement, - Défendre les droits et promouvoir des propositions et des demandes dans le débat public avec des représentants de l'État et de ses institutions, les hommes politiques et les organisations sociales. La valeur ajoutée du projet pour une meilleure intégration des migrants : - Les prestations sociales : la création d'un réseau de communautés de migrants en Grèce par la cohabitation des différentes communautés, le renforcement de l'intégration dans la société grecque en luttant pour les droits juridiques ; inspirant plusieurs associations à agir avec les procédures collectives ouvertes et démocratiques. - Les politiques d’intégration: la participation du Forum dans le « Conseil de l'intégration pour les immigrants » dans la municipalité d'Athènes, qui est un Conseil consultatif pour renforcer l'intégration des migrants, un organisme qui existe dans chaque municipalité en Grèce ; - Les avantages économiques : création d'un réseau pour les membres d'avoir accès à des services juridiques et sociaux, nourriture, le logement, les soins, l'emploi et la culture, gratuitement. En outre, la participation à des projets du Fonds européen des immigrants et le ministère du Travail, en collaboration avec l'Institut du travail, offre emplois / postes de travail aux membres du Forum et l'aide financière aux communautés (par exemple la Fondation Stavros Niarchos a financé la création et le fonctionnement d'un centre de jeunesse pour les migrants de 2ème génération, 2010-2012 ) - Avantages écologiques: économies de temps et d'énergie pour l'accès aux ressources en fournissant des informations aux membres du Forum ; éviter le gaspillage de nourriture, de vêtements et de fournitures médicales en distribuant aux personnes dans le besoin, et partageant le reste avec d'autres associations et ONG correspondantes . (une forme d’encourager la coresponsabilité entre les associations des migrants elles mêmes) Le principal défi du forum des migrants est le manque de financement et la situation économique difficile en général pose le plus gros problème de l'organisation, et malgré tous les efforts, l'État n'a pas reconnu la contribution du forum pour les questions d'immigration et continue d'adopter des lois sur l'immigration sans appeler les migrants eux-mêmes et leurs organisations à participer à des consultations sur ces lois.

2.2 Intégration des personnes à mobilité réduite

Le plaisir du jardin est-il réservé uniquement à ceux dont le corps est en pleine santé »? c’est la question déclencheuse des jardins familiaux qui est une idée qui illustre la coresponsabilité des citoyens d’une même localité pour assurer l’accès des personnes à mobilité réduite aux jardins, et dans ce sens le projet assure la mise en place des règles d’accessibilité des jardins, et aider les personnes en situation d’handicap pour cultiver dans les jardins «ses actions ne laissent personne indifférent»

Organisation : Fédération genevoise des jardins familiaux Pays: GENEVA, Suisse

Le projet de parcelles pour personnes à mobilité réduite a son origine dans la perspicacité du président d’honneur de la Fédération genevoise des jardins familiaux FGJF et anciennement vice-président et membre d’honneur de la FSJF, Frédéric Schär. Dans ce projet une question fondamentale est posée : Le plaisir du jardin est-il réservé uniquement à ceux dont le corps est en pleine santé »? Mais comment peut-on éviter ce problème? La fédération des jardins familiaux à Genève a pris l'initiative dans la réalisation des adaptations nécessaires et a essayé de répondre aux besoins réels de ces personnes aussi étroitement que possible. Afin de développer ce projet une étude de faisabilité a été entreprise avec plusieurs institutions spécialisées, par exemple le Foyer Handicap à Cressy. Ensuite, le comité central de la fédération des jardins familiaux à Genève a décidé de lancer ce nouveau projet en 2004. 4 groupements de jardins à Genève qui accueillent des personnes à mobilité réduite. Les infrastructures du jardin sont particulièrement adaptées aux personnes souffrant d'un handicap. Ils sont en conformité avec les règles et réglementations applicables aux installations spécifiques pour les personnes handicapées. Il ya maintenant quatre sites de jardins familiaux à Genève qui accueillent les personnes à mobilité réduite

Coresponsabilité dans la gestion de l’espace et le développement durable, et environnementale

Les actions ci-dessous visent à rendre les espaces publics et productifs et le rendre un espace d’échange et de connaissance pour la solidarité et l’échange, sans oublier le rôle éducatif de ces espaces, et l’occupation des jardins peut aussi être comme une forme de protestation contre le chômage et la pauvreté croissante. Le climat convivial qui est créé dans le cadre de ses petites actions entre les habitants du même quartier, et les deux étapes de plantation et de cueillette sont deux occasions principales pour la sensibilisation de la communauté.

La plupart des gens qui sont venus à prendre part sont liées à des mouvements écologiques, mais certains sont également liés à des questions sociales et de la solidarité, et il est constaté que les ateliers sont toujours liés aux questions écologiques et sociales.

1. « Fruits urbain pour les communautés urbaines» Organisation : London Orchard Project « Urban fruit for urban communities » PAYS, LONDON, UK

Le projet Orchard Londres a été fondée en Janvier 2009 par Carina Millstone et Rowena Ganguli. « Fruits urbain pour les communautés urbaines» Le projet est une initiative nouvelle de promotion de vergers et d'arbres fruitiers à Londres. ils travaillent avec les Londoniens à planter et récolter des pommiers, des poiriers et des pruniers dans toute la ville, qui a de nombreux avantages, y compris la promotion d'une alimentation saine et équilibrée, la protection de l'environnement, et le renforcement / renforcement de la communauté. Actuellement, il ya environ 63 vergers communautaires à Londres. En termes de financement, chaque groupe communautaire contribue un peu au projet. Le reste est fourni par des subventions de financement, des dons, des activités de collecte de fonds. Chaque verger de la communauté a son propre groupe de la communauté, dont 4 ou 5 personnes sont désignées comme les leaders. Ceux choisi pour diriger les groupes reçoivent une formation de l'équipe du projet, qui leur enseigner des compétences importantes comme la façon de maintenir les vergers une fois qu'ils ont été plantés. Ces chefs de groupe part ensuite ce qu'ils ont appris avec chacun de leurs groupes communautaires. Avant de planter il faut s’assurer que Les arbres fruitiers ou les plantes sont bien adaptés à l'environnement urbain.

2. Jardin biologique Organisation : partage des espaces occupées: un jardin biologique PAYS : GENT, BELGIUM

Cette expérience a commencée avec un groupe de six personnes, à la recherche d'un jardin parce qu’ils vivent dans la ville et veulent faire un peu de jardinage et la culture des plantes. Une ferme qui avait été abandonné retenu leur intérêt. Il avait été autrefois une ferme biologique et il y avait encore beaucoup de matériel laissé là, comme des outils et des semences. En mai 2010, ils ont commencé à construire des choses, comme une cuisine extérieure maintenant appelé la «cuisine du peuple» et un système pour recueillir l'eau de pluie.

À la «cuisine du peuple» il y a des repas sociaux. Chaque dimanche, à l'exception de la durée de l'hiver, il ya des aliments disponibles. L’équipe prépare des repas avec des légumes du jardin, avec des choses obtenues à partir d'un collectif alimentaire local. Les gens peuvent donner une sorte de don pour acheter du matériel ou tout ce qui est nécessaire dans l'instant. Une autre activité : faire des jus ensemble car il ya des pommiers avec d'autres arbres fruitiers. Plus de 500 litres de jus est préparé dans la cuisine du peuple, il est gratuit pour les personnes qui viennent là ou à ceux qui travaillent dans le jardin.

3. Jardins « EDEN PROJECT » Organisation: THE GARDEN OF EDEN PROJECT PAYS: IRELAND

le jardin « EDEN PROJECT » est à l'origine une double approche pour lutter contre le changement climatique. Tout d'abord, par la croissance des arbres avec des fruits comestibles, noix et baies cette action contribue « aux aliments cultivés localement, contribuant à réduire notre empreinte carbone ». Deuxièmement, les arbres supplémentaires agissent comme un puits de carbone, absorbant le carbone atmosphérique et d'aider à la stabilisation des conditions climatiques mondiaux.

Le projet aide aussi à maximiser le développement durable local en fournissant des sources alimentaires locales pour les produits importés autrement comme les noix et les fruits. Le Jardin d'Eden Project peut donc avoir un impact véritable sur un certain nombre de domaines différents: • L'éducation des enfants et des adultes dans la culture des arbres de la nourriture organique, et fournir à la communauté une priorité pour la collecte des produits chaque année. • La réduction des déchets est un sous-produit du projet, la nourriture du jardin ne vient pas en plastique !

• Le renforcement communautaire est amélioré et facilitée par les heures régulières de réunion pour discuter des plans, • L'inclusion sociale est un autre produit par le projet. En introduisant la beauté sous la forme d’arbres et la faune de nos centres urbains • Protection de la biodiversité agricole, • Amélioration des habitats de la faune locale en fournissant une couverture de l’habitat, des fleurs pour le nectar,)

4. jardins urbains communs, Rome 1 Organisation : Les jardins urbains à Rome 1 - jardins urbains communs à Garbatella PAYS : ROME, ITALIE

Dans la dernière année dans la ville de Rome, différentes expériences de jardins urbains ont surgi comme une forme de protester contre le chômage et à la pauvreté croissante, mais aussi à la sur construction, la cimentation, et privatisation du territoire public. Voici ci-dessous deux initiatives principales.

• Certaines associations et les centres sociaux du district de Garbatella à Rome, avec la participation de nombreux citoyens, ont décidé d'occuper une zone abandonnée afin de créer un jardin commun. L’idée est venue pour :

  • La création de jardins urbains pour la communauté du quartier,
  • Offrir à certaines familles la chance de prendre et gérer eux-mêmes la terre, et d'établir un ensemble de règles pour un processus participatif et démocratique de la gestion de l'ensemble du projet.
  • Donner le pouvoir à la communauté locale pour décider de l'avenir de son propre territoire.

À noter qu’un jardin est désormais consacré à des champs éducatifs pour les enfants et les écoles du quartier

5. Jardins urbains à Rome 2 Organisation : Jardins urbains à Rome 2 – Le projet Eut-Orto PAYS : ROME, ITALY

Cette expérience est exceptionnelle vu qu’elle est lancée par des ouvriers pour le développement de leur entourage, mais aussi pour des fins économiques et professionnelles.

ces ouvriers qui travaillent dans la société ex Agile Eutelia ont crée un jardins urbain avec l’inspiration de l’expérience de la communauté des jardins urbains de Garbatella, ( région de Garbatella), avec le soutien de la municipalité de Rome XI, a ainsi donné naissance à la EutOrto de projet en 2009. De cette façon, le projet a été mis en place et une convention a été signée, la participation de ces organismes publics et les travailleurs eux-mêmes, pour l'attribution de la terre. En Septembre 2010, les activités agricoles de l'agriculture ont commencé.

Ce projet a renforcé les liens de solidarité, et les travaux dans le jardin urbain sont devenu l'occasion de l'auto-pratiquée, l'agriculture durable. Les gens avec des compétences hautement qualifiées dans le domaine de l'informatique, les mathématiques et la commercialisation ont peu à peu acquis la capacité d'être des agriculteurs urbains.

Comment ça marche cette expérience: La plupart des produits sont utilisé pour l'autoconsommation, mais les travailleurs EutOrto peut aussi vendre un pourcentage des produits sur les marchés de l'agriculteur de la province de Rome, hébergé dans les espaces de l'Institut agricole chaque week-end. EutOrto poursuit ses activités et est devenu un point de la ville de référence en termes de questions liées à l'alimentation et à des pratiques d'auto-production et l'autoconsommation, et en termes de questions liées à la remise au travail des citoyens qui ont perdu leur emploi. Promouvoir des cours de formation sur les jardins urbains dans les écoles, grâce à l'apprentissage mutuel pour enseigner aux élèves à transformer les espaces abandonnés dans les jardins urbains.

Les valeurs ajoutées de cette expérience : • l'opposition à l'expulsion des travailleurs du cycle de production à travers une pratique positive, • le maintien des relations entre collègues après la perte d'emplois précédemment partagés, • La promotion des biens communs et l'acquisition de nouvelles compétences; • l'autoproduction de la nourriture pour l'autoconsommation; • la visibilité donnée aux conflits de travail

Coresponsabilité dans la gestion des espaces vacants et abandonnés

Dans cet axe nous allons découvrir un plaidoyer pour le droit à l’espace public/privé abandonné ou vacants, ainsi comment la coresponsabilité dans la gestion espaces vacants et abandonnés peut rendre ces espaces créateurs de l’emploi. Les exemples ci dessous traitent l’occupation des espaces publics et privés par un groupe de citoyenne, qui luttent contre l’évacuation des biens publics en faveur de la spéculation privée et pour des fins commerciales. Le cas fréquent dans la gestion des espaces vacants, c’est celui initié par des individus ou des associations de quartier, et cette formule reste la plus compliquée, vu les blocages qui se posent par l’administration ou le propriétaire de l’espace privée vacant. Mais quand l’état fait partie des initiateurs pour gérer un espace vacant, la mission dans ce cas est mieux confortable en ce qui concerne les blocages administratifs, et autres…

1. Sport et culture populaire Cette expérience a fait de la promotion du sport comme un moteur pour crée de nouvelles relations fondées sur la solidarité et la non-discrimination. Organisation : Sport et culture populaire SCUP PAYS: ROME, ITALY L’origine de ce projet été un petit groupe de chômeurs moniteurs de sport qui ont commencé à se réunir et de discuter le problème commun pour créer une salle de sport, qui serait également un levier des opportunités d'emploi, malgré le manque de ressources suffisantes. Ils ont partagé ce besoin avec d'autres résidents locaux, et un véritable collectif de but a donc été formé, avec la première action à effectuer entraînant une cartographie de tous les espaces abandonnés dans le quartier. Et vu qu'il n'y avait pas d'alternative à l'obtention de cet espace, il a été décidé de l'occuper. Peu de temps après, comme de plus en plus de gens commencent à connaître ce nouvel espace, beaucoup d'entre eux sont venus à rejoindre et soutenir le projet. Le SCUP Sport et culture populaire est un centre de services sportifs et culturels et un centre de solidarité économique, créé dans un espace public abandonné pour être ensuite occupée par les personnes impliquées dans le projet. Pour recréer un espace public et le développement d'une salle de sport, offrant des cours de sport à bas prix, dans un bâtiment qui a été initialement détenue par l'administration publique et a été plus tard vendu à une société privée. L'objectif du projet est de fournir des services aux citoyens et dans le même temps de créer des opportunités de revenus pour les chômeurs et les travailleurs précaires âgés entre 35 et 45 ans. Les activités sont régies par une assemblée de la gestion participative, qui a lieu chaque semaine. Tout le monde peut apporter de nouvelles propositions pour les activités à mettre en œuvre dans l'espace, ainsi que de nouveaux projets à développer et à mettre en relation l'un avec l'autre. Les projets de SCUP sont indépendants, mais ils sont insérés dans un cadre commun de solidarité. Les activités autofinancées sont souvent organisées. Les ressources économiques restantes sont obtenues à partir des quotas d'abonnés au cours de sport et de la taverne. Tous les prix sont «sociaux»: c'est à dire qu'ils sont beaucoup plus bas que ceux du marché privé. Quelques activités du centre : A l'intérieur il ya une salle de sport avec 11 cours et 200 membres, une bibliothèque avec des cours de langue et de la radio de la classe, une taverne, une web radio, un espace pour les enfants, un service de consultation psychologique, un marché de producteurs et artisans, et la possibilité d'accès Wifi gratuit.

2. Créative Limerick / Occupation temporaires des espaces vacants

Ce projet est appuyé par la municipalité de Limerick, Ireland, pour l’occupation temporaire des espaces vacants publics et privés. Ce type d’occupation donnera aux entreprises locales occupantes la possibilité de tester la viabilité à long terme de leur produit avec le public. Le propriétaire contribue à la croissance de l'économie locale et aide à créer des locataires potentiels pour la propriété dans le futur. Organisation : CREATIVE LIMERICK Pays: LIMERICK, IRELAND

Creative Limerick - Connect to the Grid, est coordonnée par le ministère du Développement économique (à Limerick City Council) en partenariat avec les collèges de troisième niveau, les industries créatives, propriétaires d'immeubles commerciaux et de leurs agents opérant dans la ville de Limerick.

Les principaux objectifs de Creative Limerick est : • d'offrir aux praticiens de la création la possibilité d'exposition dans des espaces libres de temporaire / entrepreneur de l'entreprise locale dans la ville de Limerick • Renforcer le dynamisme et façades actifs et de fournir des utilisations actives pour les biens vacants, tout en favorisant le travail des industries créatives dans la région Limerick.

Une méthode de gestion de l’occupation temporaire de locaux commerciaux vacants • Cette occupation temporaire est fournie sans frais par le propriétaire à l'occupant temporaire. Une caution de € 250 est nécessaire dès le départ et sera retourné à l'occupant temporaire à la fin de la convention de bail . C'est sous réserve de satisfaire aux critères énoncés dans le contrat de location. • Le taux d'occupation temporaire permet aux acteurs de démarrer une nouvelle entreprise potentielle sur un loyer de base libre. • Le rôle de Limerick Conseil municipal est de faciliter le rassemblement de la propriétaire et l'occupant temporaire et prendre des dispositions pour la gestion et la régulation de cette relation à travers un accord de licence standard qui est établi par notre agent de la loi et assure qu'il n'y a aucun risque pour l'une des parties. • Le propriétaire peut continuer à annoncer l'espace pour relocation pendant qu'il est occupé par le praticien créatif. • Si le propriétaire se mis d’accord avec un locataire de payer le loyer de la propriété, le local sera immédiatement vacant par le praticien créatif

Qui est ce que le propriétaire gagne de cette occupation réglementée : 1. Amélioration de l'aspect de la propriété vacants / continu du processus d'entretien de la propriété 2. Protection complète dans un accord de licence juridiquement contraignant

Aide au démarrage des entreprises locales (cela permis au propriétaire de créer des locataires potentiels dans le futur)

3. Parc design Organisation : Parckdesign Pays: BRUSSELS, BELGIUM

Parckdesign est un projet d’itinéraire urbain réalisé par des artistes européens avec les habitants pour créer des points artistiques à Bruxelles "Wastelands". Parckdesign est une biennale consacrée à la planification de l'espace public lancé le Ministère de Bruxelles pour l'environnement, de l'énergie et de la rénovation urbaine.

Le projet se base sur une approche "participative", en sélectionnant des équipes pluridisciplinaires des artistes, des designers, des architectes et des paysagistes qui ont de l'expérience dans le domaine et en proposant une coopération avec des associations locales, Parckdesign 2012 est une partie intégrante du mécanisme de la dynamique locale.

4. Centre social Rivolta et la coopérative CARACOL

Dans cette expérience, vous allez découvrir un nouveau mode de gestion des espaces publics basé sur la création d’une coopérative qui institutionnalise sa relation avec la municipalité pour éviter tous les éventuels blocages administratifs. Organisation : Centre social RIVOLTA PAYS: MARGHERA -VENICE, ITALY

Centre social Rivolta est un centre social construit et autogéré dans une usine désaffectée occupée qui a conduit à plusieurs initiatives: de nouvelles formes de bien-être pour la population italienne et des migrants, les types de coproduction d'énergies renouvelables innovantes, des solutions collectives pour produire des revenus pour les jeunes travailleurs temporaires, et nouvelles pratiques de gestion démocratique des ressources sur la base d'un ensemble commun de connaissances et de compétences. Les activités visent également à autofinancer le renouvellement de la zone. Dès le début, la priorité était de transformer le lieu privé, à un établissement public afin d'avoir la possibilité de négocier directement avec la municipalité.

Rivolta Social Centre a institutionnalisé son engagement pour éviter les blocages administratifs

La coopérative CARACOL fonctionne toujours, pour fournir une assistance aux personnes sans-abri dans la ville et la gestion d'une maison d'hôtes de 24 lits et un service de douches publiques. Il s'agit d'un projet basé sur le financement public renouvelé à chaque fois sur la base d'un appel public, dans le cadre du projet "Senza Dimora" de la municipalité de Venise. La Coopérative CARACOL est maintenant enregistré dans le registre régional des organisations à but non lucratif d'utilité sociale (à but non lucratif). Une autre coopérative est spécialisée dans l'organisation et la gestion des événements culturels et musicaux. Le restaurant social est également actif.

En 2008, le centre a crée l'école de langue italienne pour les migrants "Liberalaparola", l'école est fréquentée par plus de 250 élèves et une trentaine d'enseignants bénévoles et, dans les mots de «enseignants» et «étudiants» qui le fréquentent, "l'école est devenue un outil fondamental de socialisation et un lieu de rencontre pour les personnes de différentes origines nationales et pour les Italiens eux-mêmes ".

Le centre social Révolta considère que les facteurs de succès, sont basé sur la généralisation de la communication d’une manière continue avec les publique sur les actions et les objectifs; à partir de consolider un groupe de jeunes gens formés autour d'un projet politique, sociale et culturel fort, la capacité de modifier ce projet pour le rendre plus ouvert et approprié par rapport aux événements qui se sont produits dans la longue période d'activités, la capacité de négocier avec les administrations publiques à partir d'une idée claire des étapes à faire.

5. Espaces d’actions aux associations et citoyens Organisation : Projet REBELDIA PAYS: PISA, ITALY

Le contexte est celui d'une ville comme Pise, davantage axé sur une gestion fonctionnelle des ressources touristiques et non sur des solutions participatives et novatrices aux problèmes découlant de l'appauvrissement et de l'exclusion sociale d'une partie croissante de ses citoyens, en particulier Immigrants et les jeunes étudiants précaires. Ce projet développe : • Services autogérés d'utilité publique et sociale • Les activités des citoyens dans l'espace public Développer les lieux qui sont attrayant pour son patrimoine historique et artistique, cette idée découle de la nécessité de fournir un espace pour mener à bien les activités de dizaines de groupes et associations qui opèrent dans Pise , qui pendant des années ont été propose des services autogérés d'utilité publique et sociale : front-office pour les droits des migrants , CICLOFFICINA , une salle de sport populaire qui offre également l'escalade en salle , les jardins urbains , la production de la musique , des ateliers d'art et un artisanat ancien atelier , jonglerie, les arts du corps , des compagnies de théâtre. «La croyance sous-jacente à partir de laquelle nous avons commencé, c'est le retour d'un espace privé déclassé à la ville» - pour reprendre les termes d'un militant - " ainsi que la pratique d'occuper une propriété privée abandonné, qui peut être basée sur la légitimité conférée par les principes fondamentaux de la Constitution italienne, tels que ceux qui définissent la «fonction sociale de la propriété privée» ( Art.42 -43 ) " . Un espace vacant, même si privé, peut dans ce cas être considérées comme une " bonne disponible commune " et de sa gestion, à travers le principe de solidarité, est fonctionnel à l'exercice des droits fondamentaux et au libre développement de la personnalité. L'obtention d'un espace libre, indépendant, autogéré et démocratique, comme le résultat d'une soustraction à la spéculation foncière et immobilière, fait avec une action civile, publique et de la masse. L'action prend la forme d'une réponse à la crise, en termes de production de services de bien-être et de la culture. Un lieu de rencontre et de confrontation, de l'élaboration de politiques et d'expérimentation culturelle, qui est configuré d'une manière différente de comprendre la réalité et la façon dont la ville est née. La valeur ajoutée est la capacité d'agréger et de tenir ensemble divers sujets différents dans la nature et la culture, qui, bien que fonctionnant chacun sur différents fronts, les sports, les droits des migrants, de l'anti-prohibitionnisme à l'économie solidaire, ont trouvé un moyen de vivre ensemble et de coopérer en créant une perspective commune. Le slogan «chacun à sa manière et avec ses propres formes" constitue un véritable chemin "style" et contribue à la réussite de l'action collective d'objectifs communs.

Coresponsabilité de gestion de l’espace pour la promotion de la culture, le tourisme et la conservation du patrimoine local

Dans les exemples ci-dessous nous citons, des expériences visent à faciliter et encouragent les collaborations artistiques dans toute l'Europe, le soutien d'échange et de coopération dans le domaine culturel en Europe, et la réhabilitation des arts et patrimoines locaux, ces exemples démontrent un modèle de coresponsabilité entre les acteurs artistique et culturel, pour conserver la mosaïque des cultures Européenne, et assurer la propreté des quartiers dans les villes, en mobilisant les jeunes, les acteurs associatifs, les responsables institutionnels et le secteur privé.

1. Réseau urbain FAVARA FUN Dans cet exemple nous allons voir comment les citoyens peuvent redynamiser des sites historiques abandonnés, et créent une dynamique coresponsable autours des activités qui sont organisées durant l’année en mettant tous les efforts nécessaires pour dépasser les défis confrontés. Cette action a fait mobiliser les jeunes, les acteurs associatifs, le privé et des responsables institutionnels. Organisation : Réseau urbain Favara F.U.N. PAYS : FAVARA (AG), SICILY, ITALY

L’idée du réseau urbain FAVARA FUN, est de rapprocher l'art et de la culture pour tous les citoyens, ce qui en fait un instrument d'unification chez les personnes ainsi que l'un de régénération urbaine des terres et des sites dégradés et abandonnés qui pourrait devenir la place des biens communs. De ce point de vue, les espaces publics et privés peuvent être gérés et développés dans un sens culturel, développer le travail de promotion et de formation sur des thèmes comme l'architecture, l'agriculture urbaine et la conception des espaces publics. Le premier objectif concerne l'amélioration de l'attractivité de Favara afin d'intercepter le flux de touristes déjà présents dans la Vallée des Temples d'Agrigente. Cet objectif sera atteint à travers des propositions pour la régénération urbaine qui favorisent le bien-être de tous. Le FUN coopère avec toute autres synergies et associations culturelles ou scientifiques qui a le même but. Il travaille en collaboration avec des tiers, il fourni l'appui scientifique et technique et culturel nécessaire, y compris pour les administrations publiques, les établissements privés et tout autre acteur a besoin d'aide. En Juin 2013, par exemple, une initiative qui a impliqué la majorité des citoyens dans le nettoyage, l'aménagement paysager, la peinture, etc de la ville ( http://www.youtube.com/watch?v = 7Om2qzT5M8A ) . Jardins et espaces verts urbains partagés ont été créés avec d'autres lieux d'exposition d'art en plein cœur du quartier historique. Les actions de la viabilité économique du projet sont mises en œuvre en s'appuyant sur des activités spécifiques de collecte de fonds. Fun a de nombreux " clients ", " bienfaiteurs " et " supporters " entre les individus et les entreprises privées qui partagent l'esprit et les objectifs du projet. F.U.N. est donc devenue un point de référence pour le processus de planification conjointe qui a regroupé un petit groupe d'entrepreneurs et / ou artisans.

En terme général, le projet vise à développer une responsabilité sociale des entreprises territoriale à travers l'activation et la re-motivation des professionnels, des artisans, des entrepreneurs, des éducateurs et des administrateurs menées à mesurer et à interagir avec les réalités et les expériences internationales , via un processus de formation / l'action. L'avantage tangible pour la communauté est immédiatement trouvé dans le retour de bâtiments historiques, comme le « château de Chiaramonte. Mais surtout, le projet a donné un nouveau sens à la vie à Favara pour beaucoup de garçons et de filles qui ont redécouvert depuis leur territoire et ont demandé ce que la contribution qu'ils peuvent apporter à l'améliorer.

La force de l'expérience, (reste à tester en détail) est donc la création d'un modèle hybride qui implique des groupes informels et auto-organisés de citoyens avec les institutions publiques et privées .Toute personne qui possède les ressources et l'expertise pour être partagées pourrait commencer un tel projet.

2. Réhabilitation des arts et patrimoines locaux Organisation : projet mixte entre 3 organisations locales: PCS (plan de cohésion locale), LE CCE KRAAK (centre de créativité et d'expression) et centre culturel Christian colle PAYS: COUVIN, BELGIUM

Le projet est de réhabilitation des arts et patrimoines locaux créé pour répondre à ces questions : Comment ajouter de la valeur à un vieux chariot qui appartient au paysage local et impliquer les citoyens dans le processus ? Comment créer une œuvre d'art collective au sein de la ville, inverser idées et utiliser étiquette de rue art comme cadre d'identité ?

Après le processus de désindustrialisation, de nombreux pays européens, dont la Belgique (Wallonie ) tentent de réorganiser autres sites par le biais de projets culturels . Dans les différents quartiers (généralement en milieu urbain) , des projets collectifs d'art à l'aide de l'espace public comme une toile peut être un outil communautaire d'engagement efficace .

Depuis 2007 , des artistes locaux , de la créativité et des centres culturels ont essayé de trouver un moyen de faire une œuvre d'art collective au sein de la ville de Couvin . En 2008 , dans le cadre de la préparation du plan de cohésion locale , l'équipe de PCS et les artistes locaux ont décidé de proposer à peindre des fresques géantes sur les bâtiments appartenant à la ville .

Comme un vieux wagon était une vue emblématique de Couvin -être dans le milieu de la gare , l'idée est venue de peindre des fresques sur ce wagon usé et la transformer en une pièce locale de l'art .Le propriétaire du wagon ( qui est encore utilisé comme local technique ) a accepté l'idée sous un certain nombre de conditions ( pas de marketing ou références aux acteurs / administration locale , etc.)

Ce projet a des valeurs ajoutées comme suit : • Prouvent que les habitants ordinaires peuvent être des créateurs ; • Développer un travail artistique participatif collectif • Changer la perception de balises (à savoir de l'art urbain) • Augmenter la valeur de l'environnement urbain et réutiliser du matériel existant vieux

Sarendip (http://www.sarendip.org/)est une expérience de Bruxelles, en Belgique, c’est un collectif artistique urbain de co-construction des merveilles artistique dans un quartier multiculturel de Bruxelles. Ce projet interviens dans les axes suivants : - Décoration Intérieure, - Enseigne, - Façade/ Murale , - Graphisme, - Vidéo / Animation

3. promotion des terres colorantes Organisation : Terres et couleurs T&C PAYS: PARIS, FRANCE

Créée en France en 1995, Terres et Couleurs est une association pour la promotion des terres colorantes (ocre, terre de Sienne, terre d'ombre, terre verte...). Elle agit pour la relance des utilisations de ces pigments naturels minéraux dans des secteurs divers (bâtiment, décoration, industrie, art...) et pour valoriser le patrimoine architectural qui leur est lié. Depuis sa création, Terres et Couleurs a rassemblé plus de 500 adhérents en France et à l'étranger (principaux producteurs et revendeurs de terres colorantes, architectes, coloristes, artisans, chercheurs...). Terres et Couleurs s'est donnée comme mission de promouvoir le retour aux couleurs du terroir, en Encourageant notamment l'utilisation de recettes traditionnelles de peintures comportant des pigments naturels minéraux tels que l'ocre. Les opérations «couleurs locales» s'inscrivent dans cette démarche. Elles sont l'occasion de redécouvrir le matériau «ocre» pour son intérêt technique et esthétique, et de renouer avec la tradition. T&C propose aux habitants de retrouver les «couleurs locales» des bois de leurs maisons. Et les encourage à utiliser des couleurs pro-environnement. Terres et Couleurs organise régulièrement des voyages d’étude sur les lieux de production d’OCRESET de terres colorantes (Ardennes, Vaucluse, Bourgogne, Italie, Espagne, Hollande, Suède, Chypre, Afrique du Sud, Brésil, Maroc...). Au total 17 voyages ont été organisés (+ de 1000 participants)

4. Réseau européen des centres culturels Organisation : Réseau européen des centres culturels (ENCC) PAYS: TURNHOUT, BELGIUM

ENCC est un réseau international de centres culturels, fondé à Turnhout en Belgique en Juin 1994. C’est un réseau de soutien, d'échange et de coopération dans le domaine culturel en Europe, ce projet représente une coresponsabilité entre les acteurs artistique et culturel, pour conserver la mosaïque des cultures Européenne, les produits de l'art et l'éducation artistique L'Europe est une belle mosaïque de cultures, les produits de l'art et l'éducation artistique peuvent nous apprendre, peut-être plus que l'histoire elle-même, sur la vie quotidienne et de la culture globale d'une région. L'Europe devient plus petite que la mobilité augmente et de nouvelles technologies abaisser les barrières à coopérer les uns avec les autres. Ceci permettra aux membres des instituts culturels locaux du personnel à devenir forts intermédiaires entre les arts, les artistes et le public, non seulement au niveau local mais aussi au niveau européen. Une des conditions essentielles pour une meilleure coopération et un échange culturel intense. Non seulement les instituts culturels nationaux ont une mission à remplir dans l'avenir de l’Europe. Les acteurs locaux aussi dans le domaine culturel ont besoin d'une plate-forme où ils peuvent se rencontrer, parler de leurs expériences, rêver sur les projets en coopération avec des partenaires de toute l’Europe. Les centres culturels pluridisciplinaires ont leur propre façon d’agir, de leurs propres problèmes et domaines d'intérêt. L'ENCC veut être leur plate-forme : la mise en réseau à l'échelle mondiale pour agir plus forte dans la communauté locale.

5. Animation culturelle des espaces publics et privés Organisation : Trans Europe Halles PAYS :LUND, SWEDEN

Trans Europe Halles est un réseau européen de centres culturels indépendants qui rassemble environ 50 centres culturels pluridisciplinaires et 20 amis toutes les organisations à travers l'Europe. En tant que réseau, Trans Europe Halles propose des forums dynamiques, et l'échange des expériences, le soutien de ses membres et de leurs communautés. Trans Europe Halles facilite et encourage les collaborations artistiques dans toute l'Europe. Trans Europe Halles fonctionne et coordonne plusieurs projets internationaux avec un fort accent sur le renforcement des capacités et de la mobilité des travailleurs culturels. Une des principales activités du réseau sont également les réunions internationales organisées deux fois par an pour recueillir tous les membres, les clients et les parties prenantes invités autour d'un thème spécifique lié à la culture indépendante. Le réseau est actif en influençant les politiques culturelles à la fois européenne et les niveaux locaux grâce à notre appartenance Vaste. Les membres de Trans Europe Halles ont une expérience et une connaissance unique de la façon de transformer les industries abonnés en centres culturels dynamiques avec des artistes et la communauté. Les membres de l'équipe du réseau ainsi que les membres actifs du réseau sont souvent appelés à donner des conférences, animer des ateliers ou des activités de conseil pour les capitales culturelles ou des projets de développement de la ville.

Coresponsabilité dans la gestion de l’espace urbaine et aménagement de l’espace.

Les expériences ci-dessous traites la question de l’habitat, et la possibilité de renforcer la coresponsabilité entre les acteurs, pour trouver des solutions pertinentes et durables, c’est dans ce sens que les citoyens de différents pays ont exprimé leur responsabilité sociale et ils ont innové des nouvelles formes de solidarité, avec des interventions auprès des institutions élues pour s’impliquer dans le traitement de la question d’habitat.

1. “Donner une chambre maintenant” développement urbain axé sur l'utilisateur

Cette expérience a réussi relativement dans sa mission pour réunir les propriétaires d'immeubles vides, la municipalité / État, et les créatifs "utilisateurs". Givrum.nu agit comme médiateur entre les acteurs précités.

Organisation : GIVRUM.NU “Donner une chambre maintenant” PAYS : COPENHAGEN

Givrum.nu a commence en 2006, c’est une organisation qui travaille dans le développement urbain axé sur l'utilisateur. Utilisation des connaissances approfondies sur les processus de citoyenneté participative dans la ville. L'idée est de voir des bâtiments plus vides se transforment en ateliers, de bureaux ou d'autres projets novateurs alors qu'ils sont en attente d'être rénové ou démoli.

Au cours des dernières années, de plus en plus d'industries de fabrication ont déplacé leur production hors des villes de l'Ouest comme de Copenhague afin de réduire leurs coûts de production. Ces villes se retrouvent donc avec des milliers de mètres carrés vides dans les anciens bâtiments industriels. L'idée est de transformer des bâtiments plus vides en ateliers, de bureaux ou d'autres projets novateurs alors qu'ils sont en attente d'être rénové ou démoli. En établissant et en facilitant les systèmes fonctionnent par l'utilisateur, des bâtiments vides sont pris en charge et transformés en centres d'activité.

Avec l'ambition de « élargir l'accès aux bâtiments vides afin de les aider à évoluer et à grandir dans des environnements ouverts et inspirantes » en donnant l'espace pour des initiatives sociales et créatives. L'organisation intervient à quatre niveaux d'activité : niveau politique, niveau de conseil, niveau de partage des connaissances et un niveau pratique. Cela implique que Givrum.nu offre plusieurs services et cela implique également qu'il collabore avec divers partis.

1. Au niveau politique Givrum.nu vise à influencer les approches politiques à travers des réseaux et le dialogue et collabore avec différentes municipalités. 2. Au niveau de conseil, il collabore avec les propriétaires d'immeubles sur une utilisation avantageuse de leurs bâtiments et conseille sur les questions administratives et pratiques concernant l'utilisation temporaire ainsi que cela facilite le contact avec les entrepreneurs créatifs qui deviennent plus tard des utilisateurs. 3. Le niveau de partage des connaissances implique l'organisation de conférences comme un espace de pense, en prenant part à des ateliers, faire des présentations dans les universités et d'autres institutions, et en générale la collecte de la connaissance et des exemples concernant l'utilisation temporaire de bâtiments vides. 4. Le niveau pratique implique le démarrage effectif des lieux et la mise en place de systèmes de fonctionnement pour l’utilisateur, comprenant des personnes qui utilisent et prennent soin des bâtiments. Afin de faciliter l'utilisation de fonctionnement, des entrepreneurs créatifs jouent le rôle d’intermédiaire entre les propriétaires, les utilisateurs et les municipalités.

En termes de financement, l'organisation a reçu une subvention de Realdania pour les deux premières années, tout en essayant de prendre pied sur le marché. Ils ne prennent pas l'argent des «utilisateurs» mais cherchent plutôt à trouver des moyens par le travail de conseil pour les municipalités et les propriétaires qui veulent voir une utilisation bottom-up de bâtiments vides en leur possession.

2. Meanwhile Space ORGANISATION : MEANWHILE SPACE Pays: LONDON, UK

Meanwhile Space est une entreprise d'intérêt communautaire (CIC) qui a été mis en place en Juillet 2009, stimulé par une combinaison de la volonté de soutenir et de permettre l'utilisation temporaire ou provisoire des biens vacants avec une subvention du gouvernement central de l'Association des fiducies de développement pour fournir un réseau national appelée Meanwhile Project. Meanwhile Space offre aux gens la possibilité l’essai d'idées et les entreprises dans des espaces à travers le Royaume-Uni, la création en même temps d’un lieu plus dynamique et durable. Le CIC a été le bras de la réalisation du Meanwhile Space qui vise à stimuler les usages de la communauté de biens et sites vides.

3. Amélioration de la qualité de l'environnement urbain. Organisation : Beautiful Petersburg (BP) Pays: SAINT PETERSBURG, Russia.

Belle-Pétersbourg (BP) est un mouvement de citoyens actifs pour l'amélioration de la qualité de l'environnement urbain. Nous demandons aux citoyens en utilisant des méthodes efficaces de faire de leurs villes mieux, en leur fournissant un outil web simple et l'organisation d'événements éducatifs et de recherche réguliers. Le projet vise à rendre la ville plus confortable et accueillante pour les personnes. Ce mouvement offre à la société civile un moyen de prendre le contrôle de leur environnement urbain. Et la plupart des citoyens se rendent compte de la nécessité d'un changement et sont prêts à prendre part à des activités qui permettraient d'améliorer leur ville, si une occasion pratique a été offert .

Les coordinateurs BP organisent régulièrement des manifestations diverses, telles que des ateliers de maître et soi-disant «photo marche», effectuent des recherches sur le terrain et de développer le site krasimir.org. Ces choses prennent beaucoup de temps, cependant, tous les participants sont des bénévoles. Donc, aujourd'hui, le principal problème est dans la sécurisation des sources de financement pour donner à l'équipe BP l'occasion de consacrer plus de temps au projet et tenir plus d'événements.

Le projet donne à ses adeptes un sentiment de responsabilité sociale. Les gens deviennent plus actifs et plus préoccupés par leurs droits et responsabilités en général. En conséquence, les spectateurs passifs se transforment en participants actifs qui sont prêts à s'impliquer dans les initiatives du mouvement. Aussi BP a essayé crowdfunding pour imprimer et diffuser du matériel de promotion et de prévoir certaines matières logistiques nécessaires. Ainsi, les citoyens sont prêts à soutenir et abonner à la circulation.

Le travail de ce mouvement n’est toujours pas réussi à coopérer efficacement avec les autorités locales, car ils ne semblent pas être intéressés par des projets civils qui font les autorités fonctionnent comme ils le devraient. Le traitement des demandes est remplie selon la loi fédérale - fonctionnaires sont tenus de répondre aux demandes des citoyens.

Il est parfois un défi d'attirer plus d'adeptes, comme tous les gens croient que le mouvement peut changer quoi que ce soit pour le mieux, même en dépit des nombreuses réalisations de la communauté. Cependant, le niveau de la confiance du public dans le mouvement est assez élevé en raison de l'ouverture de son activité et en raison de la clarté du mécanisme de soumission de la demande. Le mouvement souhaite devenir un lien effectif entre la société et les autorités, la recherche des espaces urbains, l'étude des demandes des habitants, en collaboration avec des spécialistes qualifiés, et d'informer les autorités sur les problèmes de l'environnement urbain

4. Co-construction et accès équitable aux logements Organisation : Fiducie foncière de la communauté CLT Pays: Brussels, Belgium

L’idée La fiducie foncière de la communauté CLTest née aux Etats-Unis il ya 40 ans fiducie foncière collective BRUXELLES. Ce projet est soutenu par la Région de Bruxelles est en tête sur le continent européen.

CLT est un outil innovant pour construire et gérer des logements qui a été développé dans la région de Bruxelles comme une réponse à l'exclusion de plus en plus de ménages pauvres du système de succession traditionnelle (privé ou social). Il vise à préserver la disponibilité de la terre en créant des installations de logement associé à la production et la sociabilité des espaces qui sont accessibles de manière perpétuelle pour les familles à faible revenu.

COMMUNITY LAND TRUST BRUSSELS, prend terres hors du marché spéculatif et le place dans une société régionale à but non lucratif constitué de membres. Il n'y aura pas une révision sociale pour les habitants qui s'enrichissent comme dans le logement social : CLT est un projet global à long terme qui est censé aider les gens à s'engager dans leur vie et leur quartier. Les groupes cibles sont les familles à faible revenu ; des personnes recevant le revenu d'intégration ( 9,616 € / an) et les personnes atteignant la limite supérieure de prêts sociaux ( 40.000 € ) .

Cette action est gérée sur la base d’un modèle de gouvernance tripartite assure une représentation égale des utilisateurs / habitants, la société civile de quartier et les pouvoirs publics

Valeurs ajoutées de ce projet dans son entourage : 1. Reconnaissance et le développement des capacités de coopération pour les groupes de citoyens organisés 2. Protection des ressources, la promotion de la participation active à l'économie des ressources communes 3. Justice Inter / transe-générationnelle pour accéder à un cadre de vie sécurisé 4. L'accès à un logement de qualité et des projets de vie à long terme 5. Processus de capitalisation et de la stabilité 6. Participation active à la vie locale (activités socioculturelles) 7. L'autonomisation et la reconnaissance de la citoyenneté 8. Régénération à long terme partagée de la ville 9. création d'espaces de sociabilité collective 10. la création de logements de qualité à travers serrure perpétuel de subventions publiques 11. fiducie foncière « land trust » comme un bien commun collectif

Les 7 grands principes de fonctionnement de la CLTB: • Distinction entre la Fiducie des terres et logements existants, un contrat de location est conclu avec le propriétaire du logement, la terre reste la propriété de la fiducie. • Droit d'utiliser la terre • Accessibilité aux personnes à faible revenu • Conservation perpétuelle des subventions publiques et des fonds privés de la spéculation immobilière • Gouvernance équitable entre les utilisateurs / habitants, la société civile de quartier et les pouvoirs publics • Intendance des habitants: formations • Mixité des fonctions et l'ouverture à la région

5. Cohésion sociale et territoriale des habitants Un modèle de cohésion sociale dans le même quartier, pour que les citoyens aient le sentiment d'appartenance et d'appropriation de l'espace de vie comme bien respecter et prendre soin de l'espace partagé. L’un des points forts de cette expérience c’est que le conseil de la ville (la municipalité) de Lisbonne, est engagé à l'initiative et l'énergie des habitants pour réformer l'espace dans lequel ils vivent.

Organisation : Parish of Carnide / Le projet « Padre Cruz Com padrinhos » Pays: CARNIDE, LISBOA, PORTUGAL

Le projet a été lancé à l'initiative de la paroisse de Carnide et partenaires, le programme BIP / postal, promu par la municipalité de Lisbonne.Le projet « Padre Cruz Com padrinhos » vise à faciliter un processus continu de mise à niveau de la partie la plus ancienne de Padre Cruz, la plus grande ville municipale de Peni-Lisbonne, qui contribue en même temps à créer une plus grande cohésion sociale et territoriale, tout en tenant compte des populations les plus récents et multiculturelles de la région.

- La recherche de déménager les résidents dans le même quartier - Créer un équilibre dans le quartier lui-même, en accordant une attention à tous ses résidents Les sections locales ont également contribué avec un montant financier d'environ 5 euros / logement. Beaucoup ont aidé dans la peinture et de techniques dispositions nécessaires pour la réhabilitation des espaces publics, conformément à leurs qualifications ou des désirs.

Il a été souligné la nécessité de créer un équilibre dans le quartier lui-même , en accordant une attention à tous ses résidents , en particulier les nouveaux domaines et de leurs préoccupations avec l'insécurité générale et la crainte de la marginalisation , de travailler essentiellement à atteindre un sentiment d'appartenance et d'appropriation de l'espace de vie comme bien respecter et prendre soin de l'espace partagé .

Les objectifs L’objectif du projet « Padre Cruz Com padrinhos » est de promouvoir le logement de la citoyenneté par le parrainage d'une institution dans ces lots, à promouvoir des stratégies et des activités de commun accord articuler et dans le but de réhabiliter les espaces publics et les résidents ordinaires en les rendant plus agréable.

Comment se font les actions de « Padre Cruz Com padrinhos » :

Initialement, il était prévu de parvenir à un accord avec les résidents par rapport à la peinture de ces lots et la co- responsabilité dans le cadre de cette tâche. Les sponsors ont eu la tâche d'organiser des réunions régulières de consultation des résidents, de médiation les décisions à prendre : des problèmes à résoudre, de trouver des solutions, les dates des interventions, des formes communes d’assistance, formes de coûts de paiement, etc Parallèlement, ils ont également été responsable de l'exécution des activités culturelles, qui encourageraient les gens à apprendre à connaître leurs voisins et les autres habitants du quartier, ainsi apprendre à relier les uns aux autres. Ces actions ont conduit à une plus grande prise de conscience des problèmes sociaux et la rencontre de personnes, qui ont conduit à des actions de solidarité et d'aide mutuelle qui sont immédiatement déclenchée.

L'intention est de renforcer les liens d'appartenance et de l'identité, de contribuer à une image positive du quartier et de la promotion du développement et de la dynamique qui sont plus souhaitable, plus axé sur la collectivité. D'autre part, avec la participation des partenaires culturels et autres, le projet veut promouvoir des initiatives et des activités de loisirs pour les plus jeunes, tout en constituant un espace pour la promotion de la citoyenneté et de la culture qui unissent les deux zones du district.

Reference models/modèles de référence

A. Coresponsabilité dans la gestion de l’espace et lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale Un groupe de citoyens (ou des groupes homogènes) d’une plateforme multi-acteur mettent comme objectif, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale dans le cadre de leur coresponsabilité pour la gestion de l’espace. Cet objectif cible les catégories sociales exclues ou pauvres ; dont les émigrés, les sans-abri et les personnes à mobilité réduite. 1. Pour les migrants, la plateforme s’occupe de leur intégration dans la communauté, via des actions de solidarité, de cohabitation (soin, nourriture, logement…) et d’aide juridique, dans la finalité d’une auto- organisation des migrants eux mêmes, en les responsabilisant afin de participer positivement dans la recherche des solutions. 2. Pour les sans-abri, la plateforme qui a ce phénomène dans son espace est appelée à sensibiliser les gens de la classe moyenne à travailler avec des personnes sans-abri sur un pied d'égalité, pour leur assurer une Ré - insertion sociale, le droit à la santé et le droit au logement. La plateforme présente son aide aux personnes sans-abri à se composer en association pour leur permettre à être auto-organisé, et développer un leadership sans-abri, (c'est à dire de faire un sans-abri accepté comme chef par d'autres personnes sans-abri). 3. Pour l’accès aux jardins : le concept d’intégration concerne aussi le plaisir des personnes à mobilité réduite pour accéder à des espaces verts, la plateforme peut mobiliser les citoyens pour que les infrastructures du jardin soient particulièrement adaptées aux personnes souffrant d'un handicap, et qu’ils sont en conformité avec les règles et réglementations applicables aux installations spécifiques pour les personnes handicapées. (l’idée des jardins familiaux est un exemple à suivre) Ce qui serait idéal en termes de coresponsabilité sur ce thème pour les plateformes, il faut que chaque membre de la plateforme mis à disposition ses compétences et son savoir pour le traitement de tous les cas de pauvreté ou d’exclusion sociale identifie. Comme il est indispensable de communiquer avec la municipalité pour s’intégrer dans ce processus et être une partie prenante pour la résolution des problèmes des migrants et des sans-abri, c’est aussi une sorte pour anticiper les défis de financement. Un autre défi à prendre en considération, c’est que le fléau des sans-abri dans quelques pays, n'est pas abordé comme un problème de société. Parfois ils sont criminalisés, ils sont mis en prison ou chassés tout simplement de ne pas avoir une maison. À noter que l’État peut ne pas reconnaitre la contribution des plateformes pour les questions d'immigration, la mobilité des personnes en situation handicapé, et des sans abri. L’État continue à adopter des lois sans appeler les PMA ni les concernés eux-mêmes et leurs organisations à participer à des consultations sur ces lois. Les plateformes sont appelées à adopter une stratégie de plaidoyer (Ex : des compagnes, pétitions…) qui donneront sens et une continuité aux actions de solidarité.

New experimentations to be developed/ Nouvelles expérimentations à réaliser

Supports for exchanges/transfers/ Appuis aux échanges et transferts


Imprimer
  • Monde
    • Aucune langue n'est assignée à cette page.